Tampons et serviettes hygiéniques: trois options écolos

Plus de 9 000 tampons et 2 280 serviettes: c’est la quantité de protections hygiéniques qu’une femme mettra aux poubelles durant sa vie. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe maintenant plusieurs options écoresponsables.

 
Photo: iStock.com/nensuria

La coupe menstruelle

La coupe séduit de plus en plus d’utilisatrices – au point où la grande marque Tampax a conçu son propre modèle. Ce petit récipient de silicone souple s’insère à l’entrée du vagin et empêche les fuites grâce à une légère succion. Elle peut être portée jusqu’à 12 heures d’affilée, après lesquelles on doit la vider, la laver et la replacer. Entre chaque cycle, on la désinfecte en l’immergeant dans l’eau bouillante.

Avantages: à moins de 40 $, la coupe est très abordable. Et, comme le sang n’est pas en contact avec l’air, il ne dégage aucune odeur.

Inconvénient: il faut faire quelques essais avant de parvenir à poser la coupe de manière efficace.

Les serviettes lavables

Les serviettes hygiéniques en tissu sont une solution toute simple pour réduire les déchets. L’un des modèles les plus faciles à trouver sur le marché québécois est celui d’Öko Créations, fait de coton bio et de chanvre, et doublé d’un film imperméable qui laisse passer l’air tout en empêchant les fuites. Deux petites ailes font le tour de la culotte et s’attachent ensemble avec un bouton–pression. Pour les laver, on les laisse tremper dans l’eau froide pendant quelques heures avant de les mettre à la machine à laver.

Avantages: elles sont beaucoup plus absorbantes et confortables qu’une protection jetable. Leur durée de vie de cinq à six ans permet de rentabiliser leur coût, allant de 20 $ à 30 $ l’ensemble de deux.

Inconvénient: puisqu’elles ne sont pas collées aux sous-vêtements, il arrive que les serviettes se déplacent légèrement, surtout lorsqu’on marche longtemps.

Les culottes absorbantes

Une simple culotte? Sans serviette ni tampon? L’idée fait de plus en plus de converties. Le principe des culottes THINX est assez élémentaire : on n’a qu’à les enfiler! Elles absorbent l’équivalent d’un ou deux tampons, selon le modèle, et il suffit de les rincer à l’eau froide avant de les laver à la machine. Formées de diverses couches de tissu, elles permettent d’absorber le sang tout en protégeant contre les fuites, sans laisser d’odeur ni de sensation d’humidité.

Avantages: la culotte est très mince et a toutes les apparences d’un sous–vêtement ordinaire. C’est – et de loin! – la méthode la plus simple pour gérer ses menstruations.

Inconvénient: il s’agit de l’option la plus chère, le prix variant de 40 $ à 50 $ la culotte. On peut toutefois économiser en surveillant les rabais sur le site de THINX ou en achetant un ensemble de trois pour environ 140 $.

À lire aussi: La fois où j’ai essayé de devenir végétalienne

Impossible d'ajouter des commentaires.