Vie pratique

Voyager avec des allergies alimentaires, c'est possible

Voir du pays lorsqu’on souffre d’allergies alimentaires, un casse-tête ? Pas si l’on suit les conseils du Dr François Graham, allergologue au CHUM.

Bien choisir sa destination

Selon la nature de ses allergies, il est préférable d’y réfléchir à deux fois avant de visiter certains pays. Par exemple, un voyage en Chine sera une expérience riche en défis si l’on ne tolère pas les arachides ou le soya ! « Si on ne veut pas s’imposer de limites, on loue un appartement où l’on pourra cuisiner ses repas », souligne l’allergologue François Graham.

Les tout-inclus dans le Sud et les croisières nous font rêver ? On s’informe au préalable des politiques en matière d’allergies et d’intolérances alimentaires des destinations retenues. Certaines sont plus sensibles à ce type de problème que d’autres. C’est le cas des établissements Disney, ainsi que des hôtels appartenant aux chaînes Palladium et Karisma. « Une fois sur place, il faut s’assurer que le service de restauration a bien été avisé de la liste complète de nos allergies », poursuit le Dr Graham.

Avoir les médicaments requis sous la main

On vérifie la date de péremption de son autoinjecteur d’épinéphrine (EpiPen) avant le départ et, pour être plus zen, on en apporte au moins deux doses. « Les gens oublient souvent que leur EpiPen doit être renouvelé chaque année », fait valoir François Graham. Et on apprend à bien l’utiliser ! « Je conseille de faire un test dans une orange avec un auto-injecteur périmé et de revoir la technique avec un professionnel de la santé. » On se procure également des antihistaminiques tels que Reactine, Claritin ou Aerius, auxquels on pourra avoir recours en cas de picotements dans la bouche ou de réaction cutanée légère.

Vérifier les politiques des lignes aériennes

Certaines proposent des menus spéciaux, tandis que d’autres offrent aux passagers de créer un espace tampon autour d’eux, c’est-à-dire une zone de quelques sièges où l’allergène en question est interdit. « On devrait toujours apporter ses propres repas et collations à bord de l’avion ou du train, tout comme son autoinjecteur d’épinéphrine », indique le DGraham. Un autre petit geste facile à adopter ? Nettoyer le plateau et le siège à l’aide d’une lingette avant d’y prendre place.

Repérer les centres médicaux les plus près

La préparation demeure la clé du succès de tout voyage, et c’est encore plus vrai quand on souffre d’allergies alimentaires. Avant le départ, on repère l’hôpital le plus près de son hôtel ou de son appartement et on prend en note ses coordonnées. Si l’on envisage de passer des journées à la plage ou de partir en excursion, on répète l’exercice en fonction des différents lieux où l’on se trouvera.

Se faire comprendre

Si l’on ne parle pas la langue du pays visité, on doit toujours avoir en sa possession un document traduit expliquant en quoi consistent ses allergies. « On peut se tourner vers des sites comme Allergobox et Allergy Translate pour obtenir une petite carte qu’on pourra montrer au serveur ou au chef en cas de besoin. On peut aussi télécharger une application de traduction sur son téléphone », suggère l’expert. Et il ne faut pas sous-estimer les différences de vocabulaire qui peuvent exister, et ce, même en français. Par exemple, en France, l’expression fruits à coque est utilisée pour désigner toute noix, et on dit plutôt « cacahuète » qu’« arachide ».

Restons connectées

Recevez chaque jour de la semaine des contenus utiles et pertinents : des recettes délicieuses, des articles astucieux portant sur la vie pratique, des reportages fouillés sur les enjeux qui touchent les femmes. Le tout livré dans votre boîte courriel à la première heure !