Trois mannequins qui prouvent que les courbes sont plus sexy que jamais

Les marques et les magazines font de plus en plus de place aux mannequins taille plus. Et avec raison! Joanie Pietracupa nous en présente trois qu’elle adore!

 

Joanie-bandeau

À toutes celles qui ont roulé des yeux en lisant le titre de ce billet: je le sais. Je le sais que pendant la Renaissance, les femmes très voluptueuses étaient vénérées par la société (merci pour le rappel, Vénus de Botticelli!). Je le sais aussi que tout le charme des pin-up des années 1950, Bettie Page et Marilyn Monroe en tête, résidait dans leur silhouette en forme de sablier grandeur nature. Et je le sais que la plupart des grandes chanteuses de la Motown ont surtout charmé les foules avec leur voix – et leur taille – format XXL. Mais je sais surtout que les courbes féminines n’ont jamais été autant appréciées, du moins pas depuis ma naissance, au début des années 1980.

si-ashley-graham-600x800Il me semble que chaque fois que je tourne la tête, j’aperçois une nouvelle actrice, chanteuse, mannequin, blogueuse, It girl taille plus qui m’encourage à affectionner encore davantage ma silhouette unique. Des campagnes publicitaires inspirantes, des entrevues touchantes, des conférences prodiversité corporelle… Chaque jour apporte son nouveau lot d’événements et de muses 14+ qui cherchent à encourager la femme ronde à s’aimer sous toutes ses coutures – et sous tous ses plis. Bref, j’ai réellement l’impression que les courbes féminines n’ont jamais été si sexy. C’est pourquoi j’ai le goût de dire merci – et surtout bravo! – aux «pétards de la semaine», trois filles qui redéfinissent la notion du succès en ce moment.

À LIRE: Comment Nicolette Mason a changé ma perception de mon corps

Ashley Graham

La semaine dernière, le célèbre magazine américain Sports Illustrated annonçait qu’après la top Robyn Lawley (une taille 12) en 2015, une autre mannequin taille plus, Ashley Graham (une taille 16), rejoindrait la distribution de son édition spéciale maillots pour 2016. Puis –BAM! – samedi dernier, la grand scoop est sorti: Ashley, une des «rookies» de l’année (les débutantes, comme les surnomment le SI), ne ferait pas que paraître DANS les pages du magazine, elle se retrouverait également sur l’un des trois covers du fameux numéro! Extrêmement populaire, cette édition met toujours en vedette des top-modèles du monde entier posant quasi nues sauf pour un itsy bitsy bikini et une peau extra huileuse. La présence de mannequins taille plus est-elle passagère ou semble là pour rester? En tout cas, on dit oui, oui, ouiiii à cette initiative de croquer le portrait de femmes en chair qui se roulent dans le sable ou dans l’eau (et parfois même dans le sable ET dans l’eau, ô grand vent de folie!). Surtout quand elles sont aussi splendides que miss Graham dans son micro maillot mauve.

Suivez-la sur Instagram : @theashleygraham

À LIRE: 4 astuces pour avoir plus d’énergie (peu importe sa taille ou sa silhouette)

Precious Lee

En 2015, Precious Lee a marqué l’histoire du mannequinat en étant la première top noire taille plus à se retrouver dans les pages du sacro-saint magazine américain Vogue. Facile de comprendre pourquoi l’éditrice en chef Anna Wintour a jeté son dévolu sur la jeune femme originaire d’Atlanta: belle, pulpeuse, racée et énergique, sans compter un style d’enfer. Cette année, Precious souligne un autre accomplissement: celui de la première mannequin taille plus à la peau d’ébène à paraître dans une publicité de l’édition spéciale maillots du Sports Illustrated. Peut-être que l’an prochain, elle pourrait faire partie des photographies éditoriales et pas seulement d’une campagne publicitaire? J’ai hâte que ce genre de nouvelle ne soit plus, justement, une nouvelle. Quoi qu’il en soit, je lui lève mon chapeau de continuer à abattre les barrières avec autant de classe.

Suivez-la sur Instagram : @preciousleexoxo

À LIRE: Une campagne publicitaire qui met de l’avant les «défauts» des femmes

Barbie Ferreira

Il n’y a pas que la poupée Barbie qui fait des vagues en affichant avec fierté ses courbes voluptueuses. La mannequin américaine Barbie, de son vrai nom Barbara Ferreira, brise aussi les règles dans le domaine de la mode. Celle qu’on verra bientôt dans la campagne publicitaire de maillots estivaux Aerie, d’American Eagle Outfitters, fait les manchettes pour toutes les bonnes raisons. La jeune fille, qui dit adorer son corps tel il est, et qui encourage les femmes à se sentir tout aussi belles et bien dans leur peau, a une silhouette pour le moins atypique. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si on lui a flanqué le surnom de top «curvy», et non taille plus: elle a des bras et des jambes longs et minces, une taille de guêpe et un petit bedon doublé de hanches larges. Atypique dans le monde du mannequinat, peut-être, mais une silhouette on ne peut plus «normale» ou «régulière» dans le vrai monde. Et je dois l’avouer, c’est franchement rafraîchissant de voir une fille «vraie», tout à fait parfaite dans ses imperfections, comme nous toutes, jouer les top-modèles.

Suivez-la sur Instagram : @barbienox

Suivez Joanie Pietracupa sur Twitter (@theJSpot) et Instagram (@joaniepietracupa).

Impossible d'ajouter des commentaires.