Santé

Ce que notre bouche révèle sur notre santé

Le dentiste voit bien plus que du tartre et des caries lorsqu’il nous examine. Nos dents et nos gencives lui livrent quantité d’autres secrets.

Plusieurs maladies et symptômes laissent des traces sur nos dents, nos gencives ou nos mâchoires. L’examen de routine ne sert donc pas qu’à embellir notre sourire, mais aussi à effectuer une détection précoce d’éventuels troubles de santé.

Le cancer

Les indices se trouvent dans les plus petits détails. En inspectant toutes les parois de notre bouche, le dentiste est à l’affût d’ulcérations suspectes, qui pourraient être un premier signe de cancer. «Ça peut partir de quelque chose de banal, on ne veut pas faire peur aux gens avec ça. C’est un peu comme les dermatologues qui surveillent les taches sur la peau, au cas où il s’agirait de mélanomes», illustre Daniel Kandelman, professeur associé à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal.

Le stress

Les problèmes familiaux ou les périodes difficiles au travail peuvent parfois avoir des impacts jusque dans notre bouche, selon le docteur Barry Dolman, ancien président de l’Ordre des dentistes du Québec. «Quand je traite un patient depuis longtemps, je peux remarquer certains signes et déduire qu’il se ronge les ongles, se mord les joues ou grince des dents. Ses gencives peuvent même être plus fragiles à cause de l’augmentation de cortisol, l’hormone du stress. Une petite discussion peut alors l’encourager à trouver un moyen de se détendre ou à faire les changements qui s’imposent dans sa vie.»

L’ostéoporose

La radiographie panoramique ne sert pas qu’à repérer une dent incluse ou une carie bien cachée entre deux molaires. Elle permet également de détecter un début d’ostéoporose. «On arrive à déceler un appauvrissement du tissu osseux dans les mâchoires en effectuant une comparaison avec les résultats des années précédentes. On peut alors suggérer au patient de subir une densitométrie osseuse (un examen d’imagerie par rayons X) pour obtenir un diagnostic précis », explique le Dr Kandelman, qui a lui-même participé à l’étude ayant mené à cette découverte avec des radiologues brésiliens.

Le diabète de type 2

Le diabète peut entraîner de mauvaises odeurs buccales vite détectées par le dentiste. «La plupart du temps, ces odeurs sont dues à une hygiène dentaire déficiente ou à une carie, mais ce n’est pas toujours le cas. En recoupant cet indice avec les réponses du patient au questionnaire médical, on peut parfois suspecter le diabète d’en être la source», indique le Dr Dolman.

Les troubles digestifs

L’usure de nos dents ouvre elle aussi de nombreuses pistes. La perte d’émail peut être un signe de surconsommation de boissons acides ou bien de mauvaise digestion. L’érosion ou l’abrasion dentaire révèle souvent des problèmes de reflux gastrique nocturne, c’est-à-dire que l’acide de l’estomac remonte jusqu’à la bouche pendant le sommeil. À long terme, le reflux peut causer une toux chronique, des ulcères, ainsi qu’une inflammation ou un rétrécissement de l’œsophage.

La boulimie

Lorsque l’usure des dents se trouve principalement derrière les incisives du haut, elle peut indiquer des vomissements fréquents et, peut-être, la boulimie. Dans le cas où un dentiste constate de tels dommages dans la bouche d’une jeune – la boulimie affecte surtout les femmes, le plus souvent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte –, il peut en informer ses parents, ce qui permettra à ceux-ci d’ouvrir la discussion avec leur enfant et de mieux l’accompagner.

Les carences

Quand les gencives saignent, c’est en général à cause d’une mauvaise hygiène, surtout si on n’intègre pas la soie dentaire à sa routine quotidienne. «Mais cette sensibilité peut aussi être un signe de carence, prévient le Dr Dolman. On l’observe chez les personnes qui manquent de certaines vitamines ou de fer. Cela peut être dû à leur alimentation ou à une difficulté d’absorption de ces nutriments.»

Le syndrome de Gougerot-Sjögren

Il s’agit d’une affection chronique auto-immune qui touche les glandes exocrines, celles qui produisent les larmes et la salive, entre autres. Dix fois plus de femmes que d’hommes en souffrent, et elle survient en général dans la cinquantaine. Cette maladie peut être assez difficile à diagnostiquer puisque de nombreux autres facteurs peuvent être à l’origine de la sécheresse buccale, comme la prise de médicaments, les traitements de radiothérapie ou la préménopause. «Il est important de traiter le manque de salive, car il entraîne un développement beaucoup plus rapide des caries», souligne le Dr Kandelman.

Les habitudes de vie néfastes

Bien sûr, le dentiste repère au premier coup d’œil les fumeurs, puisque le tabagisme laisse des traces évidentes sur les dents. Mais il peut aussi attirer notre attention sur d’autres habitudes qui nuisent à notre santé dentaire, comme une trop grande consommation de boissons gazeuses ou de produits acides tels que le café. À long terme, ces comportements peuvent nous coûter cher en réparations diverses, en plus d’être mauvais pour tout notre organisme.