Et la gratitude?

Dire merci a une grande portée. Et pas seulement quand quelqu’un nous tient une porte ou nous passe le sel. Pratiquer la gratitude est même la façon la plus simple de se sentir bien.

 
Photo: Sophie Gagnon-Bergeron/Getty Images

« Qu’est-ce qu’on dit ? » C’est sans doute la phrase qu’on entend le plus souvent dans l’enfance. Une fois adulte, on la ressert à son tour aux plus jeunes. Comme une chaîne de civilité. Parce que dire merci est sans doute le plus élémentaire des liants sociaux.

Ce mot de cinq lettres est prononcé, comme un réflexe, quand quelqu’un tient la porte pour nous ou nous tend la main. (Mis à part pour les pas d’allure, on s’entend, qui n’ont pas appris les bonnes manières.) Sauf qu’au delà du conditionnement, ce signe de reconnaissance a une grande portée. Remercier les autres ou la vie change le regard que l’on porte sur tout ce qui nous entoure. On passe du « Je veux, je désire, j’exige » au « Je suis satisfaite, reconnaissante, comblée ». C’est une façon de vivre dans la gratitude. Ésotérique ? Non, si l’on en croit les études. Il existe un lien entre les joies quotidiennes et la reconnaissance qu’on exprime.

Pratiquer la gratitude est la façon la plus simple de se sentir bien, avance Robert Emmons, auteur du livre Merci ! (Belfond) et professeur de psychologie à l’Université de Californie. On ressent moins de stress, on est davantage positif et uni à ses proches, son voisinage, sa société. Et c’est salutaire dans les périodes difficiles. « Vivre dans la gratitude est un choix. Cette attitude perdure malgré les aléas de la vie. Dans les épreuves, elle donne de nouvelles perspectives. C’est difficile à atteindre, mais mes recherches prouvent que cela en vaut la peine », écrit-il.

Une existence pleine et riche de sens (en anglais, on parle de meaningful life) appelle la gratitude, selon Martin Seligman, père de la psychologie positive. Dans une conférence prononcée sur TED.com, il suggère à son auditoire de se prêter à un exercice : la visite de gratitude. « J’aimerais que vous pensiez à une personne qui a fait quelque chose d’immensément important pour vous et à qui vous n’avez jamais vraiment dit merci. Votre tâche est de lui écrire un témoignage de 300 mots, de prendre rendez-vous avec elle, sans expliquer pourquoi, et de lui lire votre texte. À ce moment précis, tout le monde pleure… », relate le psychologue.

Menée auprès de 411 individus, cette expérience a donné des résultats étonnants : les participants ont été moins déprimés et plus heureux pendant des mois. Et on peut imaginer les bienfaits ressentis par celui ou celle qui reçoit pareille déclaration…

Dire merci avec sincérité ? C’est peut-être là la plus belle façon de démarrer l’année.

Impossible d'ajouter des commentaires.