J’ai changé de vie: Viviane Nguyen, notaire et propriétaire d’une pâtisserie

Changer de carrière ? Une sacrée pirouette. En ajouter une autre, ça frise la haute voltige. Notaire de profession, la pâtissière Viviane Nguyen consacre une partie de sa formidable énergie à régaler les enfants allergiques. Une double vie avec laquelle elle jongle avec bonheur et détermination.

  0
Photo: Louise Savoie

Ce qui a tout déclenché

Photo: Louise Savoie

Mon fils Ethan, qui a maintenant 7 ans, a subi un choc anaphylactique à l’âge de 10 mois. Un simple contact avec le glaçage d’un gâteau l’a conduit à l’hôpital. On a découvert qu’il était allergique à une quinzaine d’ingrédients. Puis, un deuxième choc a fait monter la liste à 30 allergènes. J’ai alors constaté qu’il n’y avait pas une pâtisserie au pays capable de lui confectionner un gâteau pour son premier anniversaire. Je me suis
donc mise au travail…

Le moment où j’ai su que je ferais le grand saut

Voir la joie de mon fils devant ce tout premier gâteau m’a décidée à ouvrir une pâtisserie. C’est là que j’ai réalisé que se tartiner la bouche de glaçage est un plaisir auquel tous les petits devraient avoir droit. Ceux qui sont allergiques et leurs parents vivent énormément d’anxiété et de frustration. Pour un enfant, c’est vraiment triste de se faire tout
le temps dire « non ».

À lire aussi: Bûche à la vanille sans allergènes

Photo: Monique Weston

Mon second métier…

N’est pas si différent du premier, malgré les apparences. Les notaires aident leurs clients, donnent des conseils et prévoient les problèmes. C’est aussi ce que j’essaie de faire avec la pâtisserie Petit Lapin. Mes deux métiers se rencontrent parfois : il m’est déjà arrivé de livrer un gâteau pour une cérémonie de mariage où j’étais la célébrante !

Mon secret pour arriver à tout mener de front

Je suis très organisée et je dors peu, à peine quatre heures par nuit ! C’est dans ma nature – j’adore être occupée. J’ai même ouvert Petit Lapin alors que j’étais enceinte de mon deuxième enfant. Je songe parfois à me consacrer totalement à mon commerce, mais en tant que notaire, j’ai des responsabilités envers mes clients. Alors, pour l’instant, je continue sur les deux tableaux.

Je trouve difficile de…

Prendre les décisions toute seule. Je n’ai pas encore rencontré de partenaire d’affaires engagé dans la même cause que moi. J’ai également dû mettre un frein à ma vie sociale, car je n’ai plus beaucoup de temps pour les amis. C’est dommage, mais je dois l’accepter.

Et la famille, dans tout ça?

Elle m’a toujours épaulée. Mon père travaille à la pâtisserie et mon mari dit que je suis Superwoman ! [Rires] Quant à mes enfants, ils sont le centre de mon attention entre l’heure où ils sortent de la garderie et celle du dodo. Je me remets au travail après ! Je consacre aussi des moments particuliers à Dustin, mon cadet, qui n’est pas allergique, lui. On en profite pour aller manger à l’extérieur des gâteries qui sont interdites à la maison…

Ce qui m’anime

Plus la société sera sensibilisée à la question des allergies alimentaires, mieux ce sera pour mon fils. Réussir à intéresser les gens à ce grave problème de santé est donc très important pour moi.

Photo: Louise Savoie

Ce qui me touche

Recevoir des dessins et des lettres d’enfants qui me remercient parce qu’ils peuvent enfin manger des gâteaux. Comme j’ai moi-même le bec sucré, je sais à quel point les desserts peuvent être de petites merveilles.

À lire aussi: J’ai changé de vie: de gérante d’artistes à journaliste d’aventure, Janylène Boucher

Comment j’ai pu me lancer dans l’inconnu

J’ai foncé, tout simplement. Je n’ai jamais douté, car j’ai toujours cru en mes intuitions. Mon objectif était clair, même si je n’avais aucune idée de la route à prendre pour m’y rendre ! L’important est d’être en mode « solutions » et de s’adapter. En affaires, il n’y a pas de chemin parfait : chaque fois qu’on rencontre une petite bosse, on monte et on descend, c’est comme les montagnes russes. Ce qui compte, c’est d’y croire fermement et de travailler fort.

Ce que j’ai appris… et que j’apprends encore

À déléguer ! J’ai toujours été perfectionniste, ce qui est à la fois une qualité et un défaut, car j’ai beaucoup de mal à faire confiance. Je souhaite être partout, tout faire,
de l’emballage d’un gâteau qui part en livraison à la finition des décorations. Je sais à quel point il est indispensable de tout contrôler quand on vit avec un enfant ayant de graves allergies alimentaires. Le côté « mère poule » est très développé chez moi. Mais maintenant, je n’ai plus le choix, je dois apprendre à laisser faire les autres…

Photo: Louise Savoie

À celles qui veulent changer de vie professionnelle, je dirais…

On doit choisir un domaine qui nous motive vraiment, se relever quand on tombe, ne jamais se décourager… Il n’y a pas de recette miracle pour devenir entrepreneure, c’est une expérience faite d’essais et d’erreurs. L’important est de garder son calme et de suivre ses plans. Un problème peut toujours se transformer en quelque chose de positif. Enfin, même si on se donne au maximum, il peut arriver qu’on soit incapable de cocher tout ce qu’on avait sur sa liste au début de la journée. Ce n’est pas si grave, il faut aussi savoir se mettre à off.

Une leçon que je n’oublierai jamais

On ne peut jamais tout prévoir, malgré les précautions. Ethan a vécu un troisième choc anaphylactique l’an dernier dans un restaurant, heureusement sans conséquence grave. Ça m’a donné l’idée… d’ouvrir un restaurant.

Un livre qui m’inspire

Voir grand, de Luc Poirier. Sa philosophie – viser haut et ne jamais dire non à une occasion qui se présente – me rejoint. J’aime la manière dont il conclut son ouvrage en parlant de l’importance de la famille. La mienne est au centre de tout ce que j’entreprends. 

À lire aussi: J’ai changé de vie: Caroline Desgagné, propriétaire du resto Mélisse

Impossible d'ajouter des commentaires.