Vie pratique

Retirer une tique en 4 étapes simples

On ressent des démangeaisons, on se gratte et on aperçoit une petite bête à la surface de sa peau ? Une tique ! La première chose à faire est de la retirer prestement et de suivre ces quelques consignes.

Une morsure de tique n’est pas une banale piqûre. Ces bestioles, de la famille des acariens, se nourrissent de notre sang et peuvent transmettre la maladie de Lyme, une infection pouvant causer des troubles neurologiques, cardiaques ou articulaires lorsqu’elle n’est pas traitée. Au Québec, le nombre de cas déclarés, en augmentation depuis plusieurs années, est passé de 125 en 2014 à 304 en 2018.

Pour prévenir l’infection, la tique doit être retirée dans les 24 à 48 heures. En suivant les recommandations publiées par les gouvernements provincial et fédéral, on peut le faire soi-même sans risque.

  1. Utiliser une pince à sourcils à bout fin et pointu pour saisir la tique le plus près possible de la peau. Surtout, ne pas presser l’abdomen de l’acarien. Ce geste augmenterait le risque de transmission de la maladie de Lyme, si la tique en est porteuse.
  2. Tirer doucement dans un mouvement continu jusqu’à ce que la tique lâche prise, sans la faire tourner. À cette étape, si la tête ou les mandibules se détachent du corps et restent sous la peau, on peut tenter de les retirer avec la pince. On n’y arrive pas ? On les laisse en place jusqu’à la guérison. Ces parties du corps de la tique ne peuvent plus transmettre la maladie.
  3. Déposer la tique dans un contenant hermétique sur lequel on inscrit la date et l’endroit où la morsure a eu lieu, ainsi que la zone du corps touchée. La conserver au frigo ou au congélateur, au cas où on aurait besoin de la faire analyser plus tard.
  4. Nettoyer la peau avec de l’eau et du savon, puis se laver les mains. Désinfecter ensuite la plaie avec une solution alcoolisée.

On évite d’enduire la tique de vernis à ongles, d’alcool ou de gelée de pétrole. On ne devrait pas non plus tenter de la brûler. Ces techniques risquent d’injecter sous la peau la bactérie qui cause la maladie de Lyme. On doit limiter autant que possible le transfert de fluides du corps de la tique au nôtre.

Si on présente des symptômes de la maladie de Lyme – éruption cutanée en forme de cible, fièvre, frissons, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires ou articulaires, ganglions enflés – dans les jours suivant une morsure, on doit téléphoner à Info-Santé (8-1-1). Une infirmière pourra alors nous guider.