#AllWomanProject: une campagne qui fait du bien

La campagne #AllWomanProject met côte à côte toutes les filles : petites, grande, minces, rondes, blanches ou noires. Et Joanie Pietracupa a adoré ces filles bien dans leur corps et leur tête.

 

Joanie-bandeau

Il faut que je vous avoue quelque chose. Des fois, j’en ai marre de parler de diversité corporelle. Pour tout plein de raisons. Parce que je le fais chaque semaine sur ce blogue depuis près d’un an et demi et qu’en plus, je suis en train d’écrire un livre sur le sujet. Parce qu’à chaque fois que je fais des recherches afin de trouver une idée pour mon prochain billet, je mets la main sur de nouveaux articles ou commentaires dégoulinants de mépris ou de haine envers les personnes tailles plus, et que ça me fend le cœur en quatre. Et, surtout, parce que mon rêve ultime, c’est qu’un jour on arrête d’en parler tellement la diversité sera bien représentée dans les médias, auprès des marques, dans la production cinématographique ou télévisuelle, et ancrée dans nos têtes.

ronde.et.alors.all.the.women.project.article.5
Photo: All Woman Project

À LIRE: Nous sommes toutes des «vraies filles»

ronde.et.alors.all.the.women.project.article.2
Photo: All Woman Project

Parfois, il m’arrive aussi de tomber sur une bonne nouvelle. Le genre de nouvelle qui me fait sourire et qui me rappelle que j’écris sur la diversité corporelle parce que c’est important. Primordial, même. Et que c’est beau et inspirant.

Cette semaine, cette bonne nouvelle, c’est le lancement de la campagne #AllWomanProject («le projet de toutes les femmes»). Une campagne mise sur pied par les mannequins Charli Howard et Clémentine Desseaux visant à faire la promotion non pas d’une marque ou d’une collection taille plus, mais des femmes elles-mêmes, de toutes les tailles, les formes et les nationalités.

«Ce projet a commencé parce qu’on croit toutes les deux que les grandes marques devraient mettre en vedette des top-modèles plus diversifiés, a confié Howard au magazine InStyle. Nous espérons de tout cœur que le #AllWomanProject prouve à l’industrie de la mode que les mannequins de taille standard et taille plus peuvent participer aux mêmes campagnes publicitaires et être belles en le faisant. Même si la société nous porte à croire que nos défauts sont honteux, nous voulons prouver qu’il n’y a rien de mal avec nos corps, et qu’il est plus que temps que les femmes commencent à aimer leurs enveloppes corporelles.»

En entrevue avec le site Mic, Clémentine Desseaux abonde dans le même sens: «C’est une campagne à laquelle on rêvait toutes les deux de participer, mais aucune marque ne voulait nous engager. C’est en quelque sorte un gros “Allô!” à l’industrie. On existe. Et on est belles!»

À LIRE: Y a-t-il de la place pour les filles rondes sur Tinder?

C’est donc presque sans budget, d’après le magazine Vogue, qu’elles ont réalisé des photos à couper le souffle avec les modèles Denise Bidot, Barbie Ferreira, Victoria Brito, Iskra Lawrence, Elliott Sailors, la Canadienne Shivani Persad (représentée par l’agence Specs) et la rappeuse Leaf. Une clique de femmes petites et grandes, minces et rondes, musclées et pulpeuses, blanches et noires… et toutes splendides et éloquentes. Parce qu’elles ne font pas que prendre la pose pour la caméra, elles s’expriment aussi en vidéo sur ce qui les rend belles et fortes. Et c’est vraiment inspirant.

À LIRE: La différence entre « être grosse » et se « trouver grosse »

ronde.et.alors.all.the.women.project.article.1
Photo: All Woman Project

Ce n’est pas la première fois qu’une campagne prodiversité voit le jour. Il y en a même eu plusieurs. Mais ça ne m’empêche pas d’avoir eu le coup de foudre pour ces filles, ces images et ces vidéos. Ce qui rend pour moi le projet si unique, c’est le fait qu’il mette de l’avant tous les types de femmes. Pas que les tailles zéro ensemble ou que les 14+ de leur côté. Toutes les femmes, sans exception, ensemble. On a enfin l’impression de faire partie d’une communauté vaste et variée, où chacune est bienvenue pourvu qu’elle soit souriante et confiante. Et ça, c’est juste merveilleux.

D’ailleurs, si vous avez envie de joindre le mouvement, vous pouvez le faire en publiant des photos de diversité sur Instagram et Twitter et en utilisant le mot-clic #IAmAllWoman. Je peux vous gager que je vais le faire. Et que je vais le faire avec fierté, sans remettre en question mon implication dans la guerre pour une représentation corporelle saine et diversifiée. Promis, juré.

Suivez Joanie Pietracupa sur Twitter (@theJSpot) et Instagram (@joaniepietracupa).

Impossible d'ajouter des commentaires.