Santé

Émotions et cancer: des liens?

Non, les émotions ne provoquent pas le cancer. Le stress non plus. Explications.

Sad girl in bed, backlit scene. Desaturated image.

Photo: iStock

À LIRE: Le cancer et après…. la vie : Jocelyne, Murielle, Mado et les autres

« Reste dans la colère, ça donne le cancer. » Dans un épisode de la télésérie québécoise Ruptures diffusée l’an dernier, un personnage servait cette réplique assassine à son ennemi juré. Savoureux exemple du lien qu’on fait souvent entre cancer et émotions.

Une rancœur refoulée donnerait le cancer ; le stress aussi. Un divorce mal géré ou une déception professionnelle pourraient causer une tumeur, croit-on. « C’est une légende urbaine, dit le radio-oncologue Jean-Pierre Guay. Les émotions ne provoquent pas le cancer. Le stress non plus. Cela dit, le stress chronique joue sur la santé immunitaire et s’attaque davantage à nos systèmes les plus faibles. »

Et la maladie, elle, donne beaucoup d’émotions ! L’état d’esprit a un effet considérable sur le déroulement du traitement, poursuit le spécialiste. D’où l’importance de fournir au patient tous les outils susceptibles de l’aider à vivre le mieux possible cette période difficile.

Est-ce à dire que la pensée positive guérit le cancer ? « Non, martèle le cancérologue Christian Boukaram. La chirurgie, la radio et la chimio s’attaquent à la maladie. Tout le reste – la méditation, la massothérapie, la psychologie – soigne la personne et augmente sa qualité de vie. Ce qui est déjà énorme. » Les psychologues spécialisés dans l’aide aux cancéreux parlent même de tyrannie de la pensée positive. Cette croyance, disent-ils, entraîne un sentiment de culpabilité chez les patients en leur donnant l’impression que c’est par leur faute qu’ils sont malades. Et que s’ils ne réussissent pas à guérir, c’est aussi leur faute.

À LIRE: Je ne suis pas un cancer