Famille tout compris

L’austérité, ce n’est pas bon pour la santé

L’année 2015 a été difficile pour les parents québécois. L’austérité, ce n’est pas bon pour la santé, écrit Marianne Prairie, alors comment se fait-il que notre médecin de premier ministre nous prescrive un tel traitement?

Famille_tout_compris

Chers parents, en cette fin d’année 2015, j’aimerais vous serrer dans mes bras — ou vous faire une sympathique bine sur l’épaule si ça vous met plus à l’aise. Les derniers mois ont été particulièrement mouvementés pour les familles québécoises qui ont vu les mesures d’austérité les frapper, encore et encore. Je vous offre donc un peu de chaleur humaine en cette période sombre. Et je ne parle même pas du solstice d’hiver.

Je ne sais pas pour vous, mais le démantèlement des services publics, ça m’inquiète, me frustre et me touche dans ma vie de tous les jours. Un stress supplémentaire, une tension latente et constante m’affectent depuis l’an dernier. Et à observer mon entourage, je crois qu’on est une bonne gang à avoir la langue à terre et le feu au derrière.

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard croit assainir les finances publiques, mais ce faisant, il est aussi en train de rendre malade la classe moyenne.

Photo: iStock

Photo: iStock

Combien font de l’insomnie en se demandant comment les tarifs des services de garde subventionnés modulés selon les revenus affecteront leur déclaration de revenus?

Combien ont des maux de tête causés par la réduction des heures d’ouverture et des services dans le CPE de leur bambin?

Combien voient leurs espoirs de fonder une famille mourir avec la révision du programme public de procréation assistée?

Combien frôlent l’épuisement parce que l’aide adéquate à leur enfant ayant un besoin particulier n’est plus ou pas offerte?

Combien se rongent les sangs en se demandant s’ils pourront exercer correctement leur travail ou retrouver un emploi à la suite d’une suppression de poste?

Combien sentent leur cœur se serrer en se disant que leurs enfants n’auront peut-être pas les mêmes chances qu’eux, faute de moyens d’étudier dans un établissement privé?

Combien n’ont toujours pas digéré l’investissement gouvernemental d’un milliard de dollars auprès de Bombardier?

L’austérité, ce n’est pas bon pour la santé. C’est démontré. Comment se fait-il que notre médecin de premier ministre nous prescrive un tel traitement?

Toutefois, une petite douceur me réchauffe le cœur en ce début d’hiver lourd et gris : les syndicats du Front commun sont arrivés à une entente de principe avec le gouvernement à la fin de la semaine dernière. J’espère que c’est la promesse de jours meilleurs en 2016, mais je nous invite à demeurer vigilants. Et mobilisés aussi. Se regrouper, non seulement ça tient au chaud pendant l’hiver, mais ça résonne plus fort quand on crie.

Je vous retrouve en janvier. D’ici là, je vous souhaite la même chose que l’an dernier parce que, coudonc, on ne s’en sortira pas jusqu’à la prochaine élection : amour, santé et solidarité.

xx

P.-S. Si l’envie vous prenait d’écrire à votre député, que ce soit pour lui décrire vos symptômes causés par l’austérité, encore ou lui transmettre vos souhaits de santé pour les services publics, vous trouverez tous leurs courriels dans cette liste!

– – –

Pour écrire à Marianne Prairie: chatelaine@marianneprairie.com

Pour réagir sur Twitter: @marianneprairie

Marianne Prarie est l’auteure de La première fois que… Conseils sages et moins sages pour nouveaux parents (Caractère)