Vie pratique

Recevoir sans souci : les meilleures astuces de pro

La visite, c’est stressant ! En plus de la popote, du ménage, de l’agencement des pièces pour accueillir tout le monde, il faut parfois gérer les (inévitables) tensions familiales. Quatre experts viennent en renfort pour nous calmer. On inspire, on expire…

Il faut se l’avoue, si l’on est tendue quand on reçoit – temps des Fêtes ou pas –, c’est en grande partie parce qu’on vise la perfection. On veut une déco Instagram, un ménage impeccable, un repas digne du chef Normand Laprise et une ambiance parfaite. Bref, on met la barre un peu haut, estime la psychologue Stéphanie Lalande Charlebois. « La meilleure stratégie de maîtrise du stress, c’est de revoir à la baisse ses attentes et ses objectifs », assure-t-elle. Au lieu de viser une réception à la Martha Stewart, on garde en tête qu’on est seulement la personne qui ouvre les portes de sa maison à la famille ou aux amis. « Quand on se met de la pression, on devient moins disponible pour ce qui est vraiment important, soit passer du temps avec ses proches », explique la psychologue.

Autre source de tension, et non la moindre : les conflits qui peuvent naître entre les invités. « On n’a pas de prise sur ces irritants, mais on peut choisir sur quoi on porte son attention », rappelle Stéphanie Lalande Charlebois. Au lieu d’écouter les blagues de mauvais goût d’un oncle, par exemple, on parle avec une nièce du dernier voyage qu’elle a fait.

Pour réduire sa pression le jour J, elle conseille de s’arrêter une quinzaine de minutes avant l’arrivée des convives. « On fait une pause pour se détendre et refaire le plein d’énergie, dit-elle. Cela permet aussi de se calmer et, ainsi, de se rendre plus disponible pour ses invités. »

Photo : iStock.com

Établir un budget… et le respecter

Avec la hausse du prix des aliments, la facture peut vite grimper ! Le truc pour réduire les coûts : établir un budget pour la soirée et s’y tenir, estime Julie Brissette, conseillère budgétaire à l’ACEF de l’Est de Montréal. « Si l’on dispose de 300 $ pour accueillir 10 personnes, on calcule toutes nos dépenses pour ne pas dépasser cette somme », recommande-t-elle. Et pour éviter de tout payer d’un coup (ou pire : d’effectuer les achats avec sa carte de crédit sans être en mesure de rembourser la totalité du solde à la fin du mois), on peut mettre de côté la somme prévue au cours des semaines précédentes. « On peut aussi étaler dans le temps ses achats, que ce soit pour la nourriture, l’alcool, la décoration ou les cadeaux », ajoute-t-elle.

Puisque le repas et l’alcool représentent les principales dépenses d’une réception, Julie Brissette suggère de demander aux hôtes d’apporter leurs boissons, de leur proposer une formule potluck ou, à tout le moins, de répondre « avec plaisir » à celles et ceux qui offrent d’apporter des bouchées ou le dessert. Si on tient à tout faire soi-même, on choisit des plats économiques et on détermine le menu à l’avance. « Si la viande hachée est en promotion, on en profite pour préparer les tourtières et les congeler », cite- t-elle en exemple.

La conseillère budgétaire nous prévient finalement de ne pas tomber dans le piège d’en faire trop. « Il faut garder ça simple, dit-elle. On a tendance à surconsommer dans le temps des Fêtes sans remettre en question des habitudes qui coûtent cher. C’est important de se recentrer sur ses valeurs et de revenir à l’essentiel, soit de passer du bon temps en famille. »

Prévoir l’imprévu

Première chose à faire, avant même de concevoir le menu : demander aux invités s’ils ont des intolérances alimentaires (au lactose, par exemple), des restrictions (viandes, poissons, tous les produits d’origine animale) ou des allergies (gluten, fruits de mer, noix et arachides). Puis garder en tête que cuisiner pour de nombreux convives, c’est beaucoup plus de travail que pour un couple d’amis un samedi soir, fait remarquer Alexandre Jobin, chef propriétaire d’Équilibre Traiteur. « Le secret : préparation, préparation, préparation », insiste-t-il.

Pour ces raisons, le chef traiteur recommande d’opter pour des plateaux (saumon fumé, rillettes) ou des bouchées (tartares, terrines, tatakis), plus faciles à cuisiner à l’avance puis à congeler – et à servir ! – que le traditionnel repas de trois services. Dans le même ordre d’idées, on prépare et on congèle des verrines ou des petits choux farcis pour le dessert au lieu d’une grosse bûche de Noël.

Le jour même, on termine les préparatifs avant l’arrivée des invités de façon à passer du temps avec eux pendant le repas sans être sans cesse préoccupée. « En passant, si l’on opte pour une formule potluck pour s’alléger la tâche, on s’assure que chacun apporte un plat différent pour composer un menu complet », conseille Alexandre Jobin. Sinon, on risque de se retrouver avec trois salades de macaronis !

Apprendre à bien s’organiser

Pas facile de penser à tout lorsqu’on n’a pas l’habitude de recevoir ou d’accueillir beaucoup de gens en même temps ! Un mot d’ordre : planification. « Mieux on est préparée, moins on court et moins on risque d’oublier des choses », dit Lyne Branchaud, présidente de l’entreprise Guide événement et tutrice au programme de Planification d’événements du Collège LaSalle.

D’abord, on établit le déroulement de sa réception étape par étape et on note tout ce qu’il y a à faire, en fonction de quatre volets : l’aménagement de l’espace, l’ambiance, le repas et les activités. Ensuite, on établit un échéancier. Si l’on réalise qu’on n’arrivera pas à tout faire dans le temps dont on dispose, on n’hésite pas à demander de l’aide ou à déléguer certaines tâches.

« On en garde le moins possible à faire la veille et le jour même. Ça permet de pallier les imprévus », poursuit Lyne Branchaud, autrice de L’organisation d’un événement – Guide pratique (Presses de l’Université du Québec).

table des Fêtes

Photo : iStock.com

L’ABC de l’organisation d’une réception

On veut que chaque convive reparte de chez soi enchanté de sa soirée  ? La planificatrice d’événements Lyne Branchaud présente une marche à suivre infaillible.

Quelques jours ou semaines avant

  • Décider du menu et des boissons à servir.
  • Commencer la popote.
  • Trouver des meubles d’appoint (pour les verres et la nourriture) ainsi que des sièges pour tous les invités (ou leur demander d’en apporter).
  • Décorer la maison et penser à l’éclairage.
  • Se procurer les articles pour dresser la table (nappe, centre de table, serviettes, marque-places).
  • Préparer des listes de musique, des playlists , pour l’apéro, le repas, la danse.
  • Réunir le matériel si l’on organise des jeux.
  • Coordonner l’échange de cadeaux.

La veille

  • Dresser la table.
  • Réunir verres, coupes, assiettes et couverts, les laver au besoin.
  • Sortir les plats de service.
  • Réserver de l’espace dans le frigo pour la nourriture et les boissons des invités.
  • Faire des glaçons ou s’en procurer.
  • Aménager le coin cocktails et le vestiaire pour les bottes, manteaux et sacs à main.

Le jour J

  • Finaliser les derniers préparatifs.

À lire aussi :
Repas des Fêtes: des recettes à préparer à l’avance
Cocktails : 21 recettes originales

Restons connectées

Recevez chaque jour de la semaine des contenus utiles et pertinents : des recettes délicieuses, des articles astucieux portant sur la vie pratique, des reportages fouillés sur les enjeux qui touchent les femmes. Le tout livré dans votre boîte courriel à la première heure !