Aliments santé? Comment déjouer le marketing alimentaire

Tous les aliments qui prétendent être santé ne le sont pas nécessairement. À nous d’ouvrir l’oeil!

 

Aliments santé
Photo: Stocksy/Per Swantesson

Faible en gras, sans OGM, biologique, sans sucre ajouté, réduit en sodium, sans agent de conservation, bon pour le microbiote, riche en fibres, sans gras trans. Beaucoup d’emballages mettent bien en évidence certaines vertus « santé » des aliments qu’ils contiennent, ce qui nous incite à les acheter. Malgré le côté rassurant de ces prétentions, ça ne veut pas toujours dire que l’aliment en question est bon pour nous. C’est ce qu’on appelle, en science, « l’effet halo santé », un phénomène bien documenté, mais peu connu du consommateur.

Une grande partie des allégations nutritionnelles qui figurent sur les produits alimentaires est soumise à des règles strictes dictées par Santé Canada. Toutefois, depuis quelques années, d’autres types d’allégations ont fait leur apparition sur les emballages. On les appelle les allégations santé générales. Elles comprennent des symboles, des logos et des affirmations accrocheuses telles que « Bon pour votre santé ». Ces dernières ne sont pas réglementées et sont élaborées par l’industrie alimentaire dans le but d’inciter à l’achat.

Et ça marche! Ces prétentions santé influencent favorablement notre perception de l’aliment en question, parfois même à notre insu. Ces caractéristiques ont le pouvoir non seulement d’orienter nos choix alimentaires, mais aussi de nous convaincre de consommer plus. Elles sont souvent apposées sur des aliments ultratransformés et de valeur nutritive médiocre, riches en sucre, en gras et en sodium.

On se fait souvent une idée de la qualité nutritionnelle d’un produit à partir de l’esthétique de l’emballage, ont découvert des chercheurs en marketing alimentaire de l’Université de l’Oregon. Ils ont offert aux participants à une étude le choix de manger du chocolat portant une mention « santé » ou un autre dépourvu de cette mention. On le devine, il s’est mangé davantage de chocolat « santé », simplement en raison de la perception positive que les gens en avaient. La présence du qualificatif « bio » sur un aliment peut fausser jusqu’au goût, selon une étude de l’Université Cornell, aux États-Unis: le produit prétendument bio a été jugé plus savoureux que sa version non bio, même si, en réalité, les deux étaient exactement les mêmes.

Peu importe les mentions sur l’emballage, on devrait toujours rester vigilant avant de mettre un produit transformé dans son panier d’épicerie. Il est judicieux de consulter la liste des ingrédients et le tableau de la valeur nutritive pour vérifier que l’aliment respecte bel et bien notre définition de « santé ».

Annie Ferland est nutritionniste et docteure en pharmacie. Elle a créé sciencefourchette.com.

À lire aussi: Nutrition: sommes-nous trop obsédés par les nutriments?

Impossible d'ajouter des commentaires.