Ma parole!

Mes abdominaux ne sont pas morts

« Un an que je n’ai rien fait. Un an que je ramollis et qu’il y a un petit nuage noir dans ma tête. J’ai décidé que c’était le temps de m’y remettre. » Geneviève Pettersen s’est remise au sport et, victoire, a réalisé que ses abdominaux ne sont pas morts.

Ma_parole

 On va se le dire : je n’ai jamais été une grande sportive. Au primaire, j’étais la fille qui préférait passer la récréation à lire l’encyclopédie Britannica avec sœur Laurette au lieu de jouer avec mes amies à la corde à danser dans le préau. Au secondaire, je me faisais faire des billets du médecin pour ne pas assister aux cours d’éduc. Au cégep, mon prof de natation m’a suggéré de lâcher le cours et de m’inscrire en relaxation tant je manquais de coordination.

À l’université, j’ai décidé que le sport n’était pas pour moi et j’ai arrêté d’y croire. Tout allait bien jusqu’à ce que j’accouche de ma première fille. Là, la réalité m’est rentrée dedans comme une tonne de briques : je devais m’y mettre, du moins si je voulais retrouver un corps simili correct. Mon père, dans un élan de générosité, m’a offert un elliptique en cadeau et j’ai commencé à me faire aller dessus pas mal tous les jours. J’ai retrouvé la forme et un body plus que simili pas pire. Mais je me suis tannée de l’elliptique. Une amie m’a alors convaincue de me mettre à la course à pied. Je l’ai traitée de folle et ai juré de ne jamais faire partie de cette secte-là.

À LIRE: Pourquoi on ne va pas au gym? Les 5 excuses les plus fréquentes

Sauf que son idée m’a trotté dans la tête et, par un froid après-midi d’automne, je me suis prise à essayer et à aimer ça. Un demi-marathon plus loin, j’étais devenue une coureuse. Sauf que j’avais eu ma deuxième fille entre temps et m’étais remise à la course un peu trop tôt après sa naissance. J’ai pensé que je pourrais faire la même chose au troisième. J’ai cru que je pourrais me remettre à courir un mois après l’avoir expulsé.

Photo: iStock

Photo: iStock

J’étais dans le champ pis pas à peu près. Je n’avais pas prévu l’accouchement qui s’éternise, la fatigue et, surtout, je n’avais pas vu venir une blessure au dos qui m’a clouée au tapis pendant la dernière année.

 À LIRE: Testé et approuvé: le camp d’entraînement

Un an que je n’ai rien fait. Un an que je ramollis et qu’il y a un petit nuage noir dans ma tête. Non, je ne fais pas du sport juste pour être en forme physiquement. Je bouge aussi pour être en forme mentalement. Et j’ai décidé que c’était le temps de m’y remettre. Mais j’ai besoin d’un peu d’aide parce qu’on dirait que ces mois d’inaction ont eu pour effet de faire ramollir ma confiance en moi en plus du reste. C’est qu’elle n’est pas loin la petite fille qui a peur du sport. J’ai juste à lui parler un peu et elle réapparaît super vite avec ses billets de médecin et ses excuses pour tout remettre à demain.

mou-bras-2

Geneviève Pettersen et Valérie Lemay, du Studio Gym Locomotion

 

Les amis du Studio Gym Locomotion ont entendu mon cri de désespoir et ont décidé de m’aider. Ça fait que je m’entraîne avec eux depuis une semaine. Je dois avouer que j’étais super intimidée à l’idée de m’inscrire à un gym. J’avoue aussi que je me suis inscrite un nombre incalculable de fois… et que j’ai déserté le même nombre de fois. Je ne me suis jamais sentie à ma place dans un gym. En fait, j’ai toujours pensé que je ne «fitais» pas dans ce genre d’endroit. Je dois par contre avouer que je me sens vraiment pas mal dans ce nouvel espace que je fréquente. C’est peut-être à cause de la musique pas poche et de l’espace vraiment design. Mais je pense surtout que c’est à cause de Val, la super entraîneuse qui m’a convaincue que je n’étais pas poche, qui a accepté de ne pas me peser et de ne pas mesurer mon taux de gras et, surtout, qui m’a révélé que mes abdos n’étaient pas morts. Bon, ils ne sont pas morts, mais ils ne sont pas forts. Et j’ai bien l’intention d’y remédier.

 À LIRE: Pilates: 4 exercices pour les abdominaux

Si je vous parle de tout ça, c’est pour que vous soyez mes témoins. Je le sais que si je m’engage devant vous à aller au gym 3 fois par semaine pendant 3 mois, je ne pourrai pas reculer. Ça fait que c’est ça. Je m’engage et je vous promets que je viendrai vous raconter mes hauts et mes bas. Je vous parie qu’il y aura pas mal de névroses, de photos disgracieuses et de confession au rendez-vous. Suivez moi ici et sur ma page Facebook pour savoir si oui ou non je vais venir à bout de mon mou de bras.

Le Studio Gym Locomotion assume les coûts de  l’entraînement de Geneviève Pettersen.

Pour écrire à Geneviève Pettersen: genevieve.pettersen@rci.rogers.com
Pour réagir sur Twitter: @genpettersen
Geneviève Pettersen est l’auteure de La déesse des mouches à feu (Le Quartanier)