Famille tout compris

Qui s’occupe du souper?, un livre pour réfléchir à la conciliation travail-famille

Nathalie Collard publie ces jours-ci un ouvrage pour réfléchir à la conciliation travail-famille. Notre chroniqueuse Marianne Prairie a lu pour nous Qui s’occupe du souper?

Famille_tout_compris

J’avais très hâte de lire le dernier essai de Nathalie Collard. Il y a plus d’un an, la journaliste à La Presse m’avait contactée pour une entrevue à ce sujet. J’étais curieuse de voir sous quel angle elle aborderait ce domaine qui me passionne, me questionne… et m’épuise. Le livre est enfin sorti cette semaine.

Qui s’occupe du souper? Travail-famille : l’affaire des deux parentsquisoccupedusouper, comme son titre l’indique, s’intéresse à cet enjeu du point de vue de la famille hétérosexuelle, c’est-à-dire une maman et un papa. Ce choix éditorial permet de mettre en relief les inégalités qui subsistent encore entre les hommes et les femmes lorsqu’il est question de conciliation. L’analyse de Nathalie Collard s’inscrit dans une démarche féministe qui démontre que la plupart des tâches incombent encore et toujours aux femmes, et ce, malgré les nets progrès réalisés au cours des dernières années.

À LIRE: Conciliation travail-famille: entretien avec Anne-Marie Slaughter

Autrement dit, même si c’est papa qui s’occupe de faire le souper, c’est sans doute maman qui s’est occupée de choisir le menu et de faire les courses…

L’essai se lit d’une traite et j’ai eu la drôle d’impression de voir ma propre vie et mes propres réflexions décrites au fil des pages. Nathalie Collard fait écho à la réalité de nombreuses femmes essoufflées, stressées, confuses, frustrées et dépassées. Elle les accompagne dans ce vaste tour d’horizon de façon décontractée et sympathique, en s’interrogeant sur les mythiques questions contenues dans la conciliation : « Peut-on tout avoir? », « Pourquoi les mères se sentent-elles coupables? », « Doit-on blâmer les féministes des anciennes générations? » ou « Qu’en est-il du partage des tâches et des responsabilités? »

À LIRE: La culpabilité des mères

De nombreux témoignages de mères et de pères ponctuent le texte, notamment ceux de Julie Miville-Dechêne, Pauline Marois, Dominique Anglade, Louise Harel, Annie Desrochers, Josée Boileau et Vincent Vallières. Les commentaires d’experts et les statistiques tirées d’études offrent également un éclairage scientifique fascinant à cet enjeu complexe. Cela illustre très bien l’intention derrière ce livre, soit « arriver à concevoir la conciliation travail-famille non plus comme un défi individuel, mais comme un enjeu qui touche tout le monde, une condi­tion nécessaire à l’équilibre de la société ».

Photo: iStock

Photo: iStock

Nathalie Collard explique en conclusion avoir bon espoir que les choses s’améliorent, notamment lorsque les pères s’exprimeront publiquement sur le fait « l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale a une valeur à leurs yeux », portant enfin le discours que les femmes s’échinent à faire entendre depuis des années. L’essayiste interpelle également les entreprises expliquant que c’est à elles de faire les efforts supplémentaires pour faciliter la conciliation travail-famille.

À LIRE: Se détruire en dedans pour ses enfants

Cet essai se retrouvera, encore une fois, majoritairement entre les mains des mères de famille qui cherchent à pousser plus loin leurs réflexions sur la conciliation et trouver des réponses à leurs interrogations. Cet ouvrage les satisfera, j’en suis convaincue, mais je souhaiterais que Qui s’occupe du souper? soit également lu par des pères et des chefs d’entreprises. Le message doit se rendre jusqu’à eux pour qu’une réelle conversation sur le sujet se déploie dans les chaumières et dans l’espace public.

La fête des Pères, c’est le dimanche 19 juin cette année. Je dis ça, je dis rien…

– – –

Pour écrire à Marianne Prairie: chatelaine@marianneprairie.com

Pour réagir sur Twitter: @marianneprairie

Marianne Prarie est l’auteure de La première fois que… Conseils sages et moins sages pour nouveaux parents (Caractère)