Le microbiote: Que manger pour satisfaire nos bactéries?

Si l’intestin ne constitue pas le sujet le plus séduisant, il est pourtant des plus tendance actuellement. En effet, l’ensemble des micro-organismes qui se trouvent dans notre système digestif captive de plus en plus les chercheurs, qui découvrent que prendre soin de notre santé intestinale pourrait avoir des bénéfices bien au-delà de ce qu’on avait imaginé. On apprend donc à chérir nos bactéries, une bouchée à la fois.

 

Photo: GeorgeRudy / iStock.com

Reflet de notre alimentation

Le microbiote, c’est l’ensemble des bactéries qui sont réparties le long de notre appareil digestif. Dans les dernières années, on a découvert que ce que l’on mange influence le type de bactéries qui habitent nos intestins. En fait, les grands consommateurs de viande auraient un microbiote complètement différent de celui des végétariens! Plus encore, en modifiant notre alimentation, on pourrait diversifier notre flore intestinale. Et une flore diversifiée est synonyme de santé!

Bénéfices de chouchouter notre microbiote

Le microbiote joue un rôle tellement important que certains scientifiques le considèrent déjà comme un organe à part entière. Nos bactéries contribuent à la digestion de la nourriture, à la production de vitamines essentielles et au renforcement de notre système immunitaire. Les chercheurs pensent même que des liens existent entre un microbiote sain et une bonne santé mentale, et qu’il aiderait à prévenir le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’obésité. De quoi en prendre soin, non?

Alors, comment fait-on ça?

  1. On végétalise notre alimentation
    La première étape consiste sans contredit à augmenter généreusement notre consommation d’aliments riches en fibres alimentaires. Par ici, les fruits, les légumes, les grains entiers et les légumineuses!
  2. On diminue notre consommation de viande rouge
    La viande rouge augmenterait la quantité de bactéries néfastes et diminuerait celle de bactéries bénéfiques dans nos intestins. On opte donc plus souvent pour du poisson, du poulet et, pourquoi pas, des repas végétariens? Et si commençait par essayer les lundis végés!
  3. On diminue notre consommation d’aliments transformés
    Comme c’est le cas pour la viande rouge, les aliments transformés nuisent au ratio bonnes bactéries/mauvaises bactéries. Et là, désolée d’insister, mais la solution reste encore et toujours de cuisiner. On manque de temps ? Tout est dans la planification. La chose a plus d’importance qu’on pense : cela aura un effet positif non seulement sur notre microbiote, mais aussi sur notre santé globale
  4. On mange du yogourt contenant des probiotiques
    Les probiotiques sont de bonnes bactéries qui agissent dans l’intestin de façon temporaire. Autrement dit, elles ne peuvent s’y implanter pour avoir des effets constants. Il faut en consommer quotidiennement. Facile si on est de grands fans de yogourts! Par contre, si c’est moins notre truc, il y a plusieurs autres façons de prendre soin de notre santé intestinale.
  5. On choisit le fermenté
    Parmi celles-ci, il y a la consommation d’aliments fermentés, dont on prévoit qu’ils feront fureur en 2019. On les associe souvent aux probiotiques, mais il faut y mettre un petit bémol : ils ne contiennent pas tous des quantités de bactéries suffisantes pour avoir un effet bénéfique dans l’intestin. Et plusieurs de ces produits sont traités à la chaleur, ce qui détruit toute activité microbienne. Malgré tout, les quelques études réalisées jusqu’à présent voient des bénéfices sur la santé qui méritent d’être considérés. En plus, ils ont tellement bon goût! Kimchi, choucroute, tempeh, miso, kéfir, on commence par quoi ?

À lire aussi: Buvons-nous trop, nous, les femmes?

Impossible d'ajouter des commentaires.