Santé

25 symptômes à ne pas négliger

Douleurs soudaines, ganglions enflés, saignements... Faut-il courir à l’urgence, ou juste prendre rendez-vous chez le médecin ? Pour le savoir, voici un guide précieux à conserver.

Si certaines d’entre nous se précipitent à la clinique au moindre malaise, d’autres attendent trop longtemps pour parler de leurs problèmes de santé. Et vous, pourriez-vous reconnaître les symptômes qui méritent une consultation ? Sauriez-vous identifier ceux qui exigent une attention immédiate? Quatre médecins répondent à ces questions: le Dr Marquis Fortin, de la Clinique de médecine familiale du CHUM et chroniqueur à C’est bien meilleur le matin, à Radio-Canada; le Dr Georges Lévesque, spécialiste en médecine d’urgence à l’Hôpital Royal Victoria et à l’Institut de cardiologie de Montréal et animateur de l’émission Une pilule, une petite granule, à Télé-Québec; le Dr Christian Fortin, du Centre hospitalier universitaire de Québec et auteur de plusieurs livres sur la santé, dont Autopsie d’une catastrophe médicale – L’exemple du Vioxx (Éd.de l’Homme); enfin, la Dre Luce Pélissier-Simard, médecin de famille à l’Hôpital Charles LeMoyne et professeure à l’Université de Sherbrooke.

Le docteur Marquis Fortin reçoit souvent des patients incapables de lui donner la moindre précision sur leurs symptômes. «Mais c’est vous, le médecin!» lui disent-ils. «C’est vrai, rétorque le docteur Fortin. Mais c’est de votre corps qu’il s’agit.» Bien des gens, par exemple, ignorent s’ils ont de la fièvre car ils ne possèdent même pas de thermomètre à la maison. «Je crois que j’avais le front chaud», disent-ils au médecin. Plutôt approximatif comme renseignement… Pourtant, prendre sa température, noter combien on fait et à quel moment de la journée, cela peut s’avérer très utile. Par exemple, une fièvre légère qui dure plusieurs jours indique la présence d’une affection virale, comme la mononucléose. Par contre, une fièvre importante signale plutôt une infection bactérienne, comme une pneumonie. Si vous souffrez d’un malaise, observez attentivement les signaux que votre corps vous envoie et mettez-les par écrit. Ressentez-vous de la douleur? Si oui, à quel endroit et avec quelle intensité? Soyez le plus précis possible. «Tout seul, un symptôme ne veut pas dire grand-chose, conclut le docteur Fortin. C’est lorsqu’on le situe dans un tableau d’ensemble qu’on en découvre la cause.»

À LIRE: Saviez-vous que…

Prenez rendez-vous avec votre médecin si vous éprouvez les symptômes suivants.

1. Une perte de poids inexpliquée.
«Bien des femmes vont trouver que c’est une bonne nouvelle, dit Luce Pélissier-Simard. Mais il n’est pas normal de perdre 10 % de son poids ou plus, sans régime ni exercice.» Un amaigrissement marqué peut être un signe de dépression, de stress, de parasites intestinaux, de maladies de l’appareil digestif ou de cancer, entre autres. Chez une adolescente, la possibilité d’un trouble de l’alimentation ne doit pas être négligée.

Par contre, une prise de poids majeure accompagnée de fatigue, de sensibilité aux jointures et de frilosité évoque un ralentissement de la glande thyroïde, qu’on appelle l’hypothyroïdie.

2. Des ganglions enflés et sensibles sans raison apparente.
Les ganglions, de petits organes disséminés un peu partout dans le corps, contribuent à la défense de l’organisme. On peut les palper facilement dans la région du cou, de l’aine et des aisselles. Leur enflure signale la plupart du temps une infection ou, plus rarement, une tumeur ou des troubles immunitaires. «Chez les enfants, les ganglions peuvent grossir pour une raison aussi banale que des piqûres d’insectes», dit Marquis Fortin. Par contre, une augmentation de leur volume, sans cause apparente et pendant plus de deux semaines, mérite une investigation.

À LIRE: Rhume et grippe: comment les éviter?

3. Une fatigue qui empire malgré le repos.
«Si vous travaillez trop, dormez mal ou vivez un deuil, ne cherchez pas plus loin, dit Christian Fortin. Mais si votre fatigue s’aggrave sans raison, il est temps d’y voir.» La fatigue est un symptôme pouvant trahir une variété de problèmes de santé: anémie, dépression, infections, cancer, maladies auto-immunes.

4. Une douleur à une ou plusieurs articulations.
«Un motif de consultation courant chez les femmes, note Luce Pélissier-Simard. La plupart du temps, ces douleurs sont causées par un peu d’arthrose.» Par contre, si vos articulations sont enflées, rouges et chaudes, il s’agit peut-être d’arthrite rhumatoïde. «En présence de tels symptômes, voyez un médecin rapidement, ajoute Christian Fortin. Des médicaments qu’on administre aux premiers stades de la maladie permettent de freiner la détérioration des articulations causée par l’inflammation.»

5. Une envie anormalement fréquente d’uriner.
Cela pourrait être un indice de diabète. Les diabétiques qui ignorent leur état, ou ceux dont la glycémie est mal contrôlée, ont toujours soif parce que leur taux de sucre sanguin est trop élevé. Cela les porte aussi à uriner plus souvent. Si ce n’est pas votre cas, vos habitudes de vie sont peut-être en cause. Les grands buveurs de café ou d’alcool urinent beaucoup parce que ces deux boissons ont un effet diurétique. Autre scénario possible: votre vessie est hyperactive. Une affection bénigne dans laquelle les muscles de la vessie se contractent même lorsqu’elle n’est pas remplie. Ce trouble se soigne grâce à des médicaments ou à des exercices spécifiques.

6. Des saignements vaginaux après la ménopause.
Ils peuvent signaler un cancer de l’endomètre. « Comme leurs règles ont été irrégulières pendant longtemps, bien des femmes ménopausées ne prennent pas ce symptôme au sérieux, dit Luce Pélissier-Simard. Une hormonothérapie mal dosée ou l’apparition de fibromes — des tumeurs bénignes de l’utérus — pourraient aussi l’expliquer.

À LIRE: 4 faits méconnus sur la sexualité

7. Des règles très douloureuses ou très abondantes.
On devrait aussi les signaler à son médecin, tout comme des saignements entre les menstruations.

8. L’homme de votre vie éprouve de la difficulté à uriner ou ressent des douleurs à la miction.
Lorsqu’ils entendent parler de troubles de la prostate, beaucoup d’hommes veulent fuir à toutes jambes. Insistez tout de même auprès de votre conjoint pour qu’il voie son médecin. Ces symptômes peuvent annoncer une hypertrophie de la prostate, une affection bénigne, assez répandue chez les plus de 30 ans. Mais la possibilité d’un cancer ne doit pas être négligée.

9. Des selles anormales.
Les maladies de l’intestin et du côlon sont difficiles à détecter. Surveillez les symptômes suivants :

  • Si le calibre des selles rétrécit pour atteindre le diamètre d’un crayon, cela pourrait signifier qu’une tumeur obstrue l’intestin.
  • Du sang dans les selles peut provenir d’hémorroïdes ou d’une fissure anale (une forme d’ulcère), mais peut aussi signaler l’existence d’une tumeur.
  • Il n’est pas normal d’avoir des selles noires, à moins d’avoir mangé certains aliments très pigmentés, comme le boudin ou les betteraves. Sinon, on doit soupçonner le saignement d’une lésion située plus haut dans le système digestif.

 À LIRE: 6 aliments bons pour la santé, mais trop souvent négligés

Consultez rapidement votre médecin ou présentez-vous dans une clinique sans rendez-vous si vous notez :

10. Une brûlure urinaire qui persiste ou du sang dans l’urine.
Certains savons ou mousses pour le bain contiennent des ingrédients irritants qui peuvent occasionner des brûlures urinaires. Mais si ce symptôme persiste, vous avez peut-être une infection de l’urètre (le petit canal par lequel on expulse l’urine), de la vessie ou même une MTS. Par contre, du sang dans l’urine est un signe d’infection de la vessie ou des reins, ou de calculs rénaux.

11. Des douleurs abdominales.

  • Une douleur localisée sur le côté droit pourrait annoncer une crise de foie, surtout si elle est accompagnée de nausées et de vomissements et survient à la suite d’un repas copieux.
  • Une douleur qui apparaît au centre de l’abdomen puis se déplace ensuite vers le flanc droit, augmente en intensité et s’accompagne de fièvre est un signe d’appendicite.
  • Les douleurs abdominales peuvent aussi provenir d’une diverticulite. Il s’agit d’une inflammation des diverticules, de petites poches qui se développent le long de la paroi intestinale. Mais elles pourraient aussi être le symptôme d’un ulcère ou, tout simplement, d’un problème de constipation.

À LIRE: Votre mode a de vie a-t-il vraiment une incidence sur le cancer?

12.Des douleurs dans la région pelvienne.
Lors de leur ovulation, certaines femmes ressentent un pincement dans la région des ovaires. Mais ce malaise ne dure pas. Par contre, un élancement subit et intense pourrait signaler la rupture d’un kyste ovarien. Enfin, une douleur très vive peut avoir pour cause la rupture d’une trompe de Fallope, causée par une grossesse extra-utérine. Si c’est le cas, il s’agit d’une urgence. Des douleurs moins aiguës, mais chroniques, dans la région pelvienne pourraient signaler l’endométriose, une maladie dans laquelle des cellules de l’endomètre — la paroi de l’utérus — se retrouvent dans la cavité abdominale.

13. Un essoufflement anormal.
«Vous soufflez comme un phoque en grimpant l’escalier? Si vous ne faites jamais d’exercice, vous êtes probablement en mauvaise condition physique, dit Marquis Fortin. Par ailleurs, si vous êtes dans la quarantaine, fumez et avez de l’embonpoint, vous pourriez souffrir d’angine.» C’est l’obstruction partielle d’une artère qui mène au cœur — par des plaques de cholestérol — qui est à l’origine de l’angine de poitrine. Chez les hommes, ce symptôme se manifeste par des crampes. «Mais chez les femmes, ce trouble se traduit souvent par un essoufflement ou une sensation de fatigue diffuse», ajoute le médecin. Comme l’angine peut être un signe avant-coureur d’infarctus, n’hésitez pas à consulter. L’asthme donne aussi l’impression d’être à bout de souffle ou d’avoir un poids sur la poitrine. Mais, à moins qu’il ne s’agisse d’une première crise, la plupart des asthmatiques connaissent leur condition.

14. Des douleurs dans la poitrine ou le thorax.
On pense tout de suite à l’infarctus, mais elles peuvent avoir d’autres causes, comme des spasmes à l’œsophage, des troubles digestifs ou même des élongations musculaires.

Comment reconnaître une crise cardiaque ? La douleur se situe le plus souvent au centre du sternum et irradie vers le cou ou les bras. «Mais chez les femmes, les symptômes ne correspondent pas toujours à ce qui est décrit dans les livres, explique Georges Lévesque. De plus, certaines patientes obtiennent des résultats normaux lors d’un électrocardiogramme à l’effort (épreuve sur tapis roulant) mais souffrent quand même d’un problème coronarien.» Si vous ressentez des malaises à la poitrine et que vous avez des antécédents familiaux, fumez ou souffrez de diabète, voyez votre médecin sans tarder.

Une forte anxiété peut aussi provoquer des serrements à la poitrine. Mais sur ce dernier point, le docteur Lévesque se montre prudent. «Une de mes patientes d’un naturel angoissé était convaincue d’avoir des problèmes de cœur. Pourtant, ses tests étaient normaux. Par précaution, je lui ai prescrit des examens plus poussés. Cette fois, les résultats ont été positifs. Conclusion: ma patiente était à la fois anxieuse et cardiaque!»

15. Une toux ou des crachats qui contiennent du sang doivent vous conduire chez le médecin au triple galop.
Un tel symptôme pourrait annoncer une bronchite sévère, une pneumonie, une insuffisance cardiaque ou un cancer du poumon.

À LIRE: Les meilleurs aliments contre le cancer

16. L’apparition d’une bosse, surtout si elle est dure et qu’elle grossit.
Une bosse n’est pas nécessairement cancéreuse. Mais elle mérite toujours une consultation médicale. Et pas dans six mois !

17. Des changements dans l’apparence des seins,
comme une rétraction du mamelon ou l’apparition d’une bosse qui persiste même après la fin du cycle menstruel. Ne paniquez pas: 80 % des masses au sein ne sont pas malignes. Mais consultez rapidement.

18. Une fièvre inexpliquée qui persiste, sans autre symptôme.
Si vous êtes fiévreux et enrhumé, la cause est évidente. Sinon, voyez un médecin. La fièvre se manifeste dans les infections bactériennes ou virales, les maladies inflammatoires et dans certains cancers…

19. Un grain de beauté qui grossit,
noircit, se colore de rouge et de bleu justifie une visite chez le médecin. Idem pour les bobos qui ne guérissent pas. Gardez en tête l’ABCDE des grains de beauté: A pour asymétrique, B pour bordure irrégulière ou floue, C pour couleur, D pour diamètre supérieur à 6 mm et E pour évolution rapide.

Présentez-vous à l’urgence si vous éprouvez:

20. Une vive douleur aux yeux,
qui pourrait être provoquée par une uvéite (inflammation de l’œil), ou par le glaucome, une maladie du nerf optique. «Les cliniques sont souvent mal équipées pour procéder à un examen approfondi des yeux, explique Georges Lévesque. Si vous ressentez ces symptômes, rendez-vous à l’urgence.»

21. Le pire mal de tête de votre vie,
qui annonce parfois une hémorragie cérébrale. «Un violent et soudain mal de tête, accompagné de vomissements, de paralysie ou de somnolence mérite une visite à l’urgence, dit Luce Pélissier-Simard.

Sur place, on vous fera un examen neurologique et une imagerie cérébrale pour en découvrir la cause.» Parfois, un mal de tête très intense qui rentre dans l’ordre au bout de quelques heures annonce une hémorragie qui viendra plus tard. C’est ce que les médecins appellent une «céphalée sentinelle». « À moins de souffrir régulièrement de migraine et d’être au courant de votre état, consultez», ajoute Luce Pélissier-Simard.

À LIRE: Comment se débarrasser d’un mal de tête à l’aide du yoga

22. Une douleur subite dans le thorax ou les poumons qui est augmentée par la respiration,
ou une soudaine difficulté à respirer. Ce sont des symptômes d’embolie pulmonaire. Ce problème survient lorsqu’un caillot sanguin se forme dans une jambe, puis se détache et va obstruer une artère du poumon. «Ce symptôme ne concerne pas que les gens âgés, explique le docteur Lévesque. De jeunes femmes qui prennent des anovulants en sont parfois victimes, car ces contraceptifs augmentent la coagulation du sang.»

23. Des troubles du langage, une perte de vision, une paralysie partielle ou un engourdissement du visage ou des membres qui se produisent soudainement
peuvent signaler un accident vasculaire cérébral (AVC), autrement dit, la présence d’un caillot dans une artère du cerveau. Si vous ou l’un des vôtres éprouvez un de ces symptômes, rendez-vous à l’urgence sans tarder. «Jusqu’à trois heures après l’apparition d’un AVC, on peut injecter au patient des médicaments pour dissoudre le caillot et limiter les dommages au cerveau», affirme Christian Fortin. Ce symptôme n’est pas réservé aux gens du troisième âge. Surtout en présence des facteurs de risque suivants: antécédents familiaux, hypertension artérielle, diabète, taux de cholestérol élevé, tabagisme…

24. Une crise d’asthme.
Si elle survient alors que vous n’avez pas les médicaments appropriés avec vous, ou si vos médicaments prescrits deviennent inefficaces, rendez-vous à l’urgence.

25. Toute enflure subite des lèvres, de la langue ou de la gorge,
ou une difficulté à respirer suite à une piqûre d’insecte ou à un contact avec un allergène doit vous conduire à l’hôpital illico.

À LIRE: 6 mythes sur le stress